Fermer
Kwashi EliE.

À propos de moi

Kwashi EliE.

Le Logiciel Libre entre Web, Design et Administration Système par un Africain, OpenSource Evangelist

Retrouvez-moi sur

[🐧Open Source Evangelist]

Préc. Suiv.

Les infographies dans une conception graphique: ce que j'en sais

Graphisme Libre 14-06-2018 04:15
    PARTAGER SUR:

Mon blabla habituel

Cette note concerne un type d'élément particulier dans la réalisation des compositions graphiques: LES INFOGRAPHIES. 😊: Je souris parce que je me donne raison à moi-même dans mon jugement que cette expression "infographie" est un abus quand elle est employée comme la traduction française du terme "graphic design", le secteur d'activité des "Graphic Designers" (infographistes); bien attendu, je ne vais attendre personne pour le faire mon culte. Je préfère encore info-graphisme, dans mes délires.

En effet,

Il ne sert à rien d'intégrer des infographies qui n'illustreront pas correctement ce qu'elles devraient illustrer, pire encore si elles n'accordent pas un bel aperçu final du projet graphique dans son ensemble.🤕

Les infographies: qu'est-ce?

Croyez-moi: Rien d'extra. Il s'agit juste de ces petites images (illustrations) créées à partir des formes géométriques très basiques et d'un jeu typographique raffiné en vue de permettre au lecteur/public de facilement visualiser, lire et interpréter le contenu d'un document (plutôt difficile à appréhender avec un long texte). Ces figures traduisent les détails des données par leurs super-pouvoirs. Ce sont des éléments très simples qui permettent à un présentateur de projet (par exemple) de réussir avec environ 40% de chance à intéresser/convaincre son public avec un joli speech ou commentaire viral.

Utilisation

Elles s'utilisent dans différents types de compositions graphiques mais surtout dans des documents illustrés (des rapports d'activités, présentation de projets, plan stratégique, etc...). Ces types de contenus sont, certes, dédiés à des profils de secrétaires mais, avec l'évolution du graphisme et sa puissance dans presque tous les projets de nos jours, on a vraiment besoin de l'intervention de designers dans la production de certains documents; en fonction des besoins du projet ou de l'entreprise, la présence d'une personne "à l'aise" avec les formes et les couleurs est requise. Son rôle est de penser et traduire bon nombre d'informations et de données par des infographies afin d'alléger les documents à produire et les rendre agréables à explorer. Que ce soit une PME/PMI ou une grosse structure, l'intervention de consultant en design ou d'interne est bien souvent de mise. Il revient tout de même moins cher d'opter pour l'un de ces deux que de solliciter une agence à chaque besoin. Au delà de cette utilisation, les infographies sont d'autant plus présentes de nos jours dans des flyers, bannières publicitaires, etc... mais aussi dans des applications (desktop comme mobile). Elles servent à illustrer de la donnée en se servant des même figures géométriques très simples, des lignes, des courbes, des couleurs pour parler beaucoup tant de façon simple qu complexe. Intégrer des infographies dans une présentation de projet bien illustrée vous permet de disposer à la fois d'un dossier mais dans le même temps d'un slideshow pour assurer un plaidoyer au cas où.

Ce qui peut ne pas marcher des fois

Malgré cette simplicité des infographies, il est bien souvent déplorable de constater que des créations graphiques soient complètement ratées à cause d'elles. Pourquoi?

a) Le choix des formes

Constituées essentiellement de formes géométriques basiques, elles nécessitent d'être en harmonie avec l'ensemble du contenu qui les héberge. Il est important que la personne qui les intègre dispose d'un peu de subtilité: une entreprise avec un logotype taillé dans un bain circulaire disposera probablement d'une charte graphique reprenant sur une ratio donnée certaines courbures empruntées au logo (enfin, si ceci a été conçu par des professionnels bien attendu). Il faut que les figures à utiliser s'imbriquent un peu (du moins) dans cette danse. L'usage du cercle est indéniable à 55% au moins et l'usage du rectangle doit emprunter quelque chose à des angles arrondies. Les lignes, les triangles et autres polygones ne sont pas du reste et dépendent tous de l'objet de base: le rectangle; au cas où on l'ignorait, une ligne est un rectangle avec une largeur très fine quand un triangle reste une fraction d'un rectangle.

b) Le choix des couleurs

Les plus flagrantes ratées d'intégration des infographies tiennent leur origine des "accidents de couleurs". Très souvent, certaines personnes se limitent à télécharger des modèles et exemples d'illustrations infographiques sur des banques de ressources "clé-en-main" et de les intégrer tout de suite dans n'importe quel document après avoir éditer et faire le copier-coller de leur texte. Et oui, même des jeunes agences le font; ceci n'a rien de mal, au contraire. Le désastre se pose uniquement quand l'utilisateur de la ressource n'arrive pas ou n'a pas su appliquer la bonne palette couleurs à ses figures infographiques: ATTENTION: LA CHIRURGIE NE SAUVERA PAS.

Très souvent, quand ces ressources sont téléchargées, leur réutilisation requiert beaucoup de travail pour ré-adapter les palettes couleurs d'origines à celles du projet qui les accueille. De l'incompatibilité des profils couleurs en passant par la gestion de calque, de superposition et d'opacité jusqu'à l'édition de dégradés, ce n'est pas du tout de la crème. L'auteur travaille dans sa philosophie, sa logique (appelez-ça comme vous voulez) pour concevoir ses figures et n'est obligé en rien à le faire autrement. Et quand une figure infographique utilisant des variantes de couleurs très opposées à celles de la charte graphique du projet hôte atterrit dans certaine page qu'on se rend compte qu'un péché a été commis. 🙄

c) Les dérapages typographiques

Une autre question sur la subtilité du designer est l'usage des polices au sein d'une composition: le rapport nombre de polices sur volume de texte n'a pas cessé de piétiner les conceptions graphiques. Le texte étant un élément incontournable dans la création des infographies, certaines figures sont soigneusement créer en fonction de certaines polices. L’aperçu que l'on a quand on télécharge des figures pré-conçues par d'autres artistes designers sur internet n'est pas souvent conforme à ce que l'on obtient en local après avoir ajouter le vrai texte. À en croire, "Lorem Ipsum" serait plus sympa? Non. Des fois, les polices utilisées par les designers du net ne sont pas des polices ayant une Licence Libre; ceux ci n'ayant pas le droit de mentionner le nom des polices (des fois) mettent à disposition leur projet comme tels. Certes, il existe une dizaine d'outils pour la reconnaissance de police similaires en open source mais, il ne faut pas oublier non plus la typographie de base du projet hôte: le document à travailler emploie quel type de polices? Attention à ne pas faire un "accident de polices". D'autre part, plusieurs figures nécessite un volume de texte donné pour certains blocs de texte et quand on veut en mettre de trop, on est confronté à un problème de ratio sur le volume de texte.

d) L'abus/excès des figures

Et le pire, c'est l'alternance de diverses figures ne se rapprochant pas du tout dans un même document, pire encore, dans une même page dudit document. Ceci arrive quand on ne réalise pas soi-même ses infographies conformément au besoin de son projet. Les figures infographiques recueillies sur internet ont un karma pareil que le polices Libres: elles sont téléchargeables en illimité sans grande restriction au point d'en disposer d'un gigaoctets de données brutes mais on ne s'en sert jamais des 1% si on veut réaliser de bonnes compositions graphiques. C'est bon de le savoir quand même.

Bien que l’absence d'originalité des infographies utilisées ne soit pas un élément qui remet en cause les meilleurs créations, il est important de préciser pour les jeunes graphistes et aspirant-graphiste qu'ils ont pour mission de savoir être créatif quand il le faut parce que c'est ce qui se vend plus cher quand tout le monde peut porter la même casquette grâce à des ressources disponibles sur la toile pour tous. Croyez-moi ou pas, il est préférable d'apprendre à en concevoir ses propres figures infographiques; ça ne coûte rien. Je conseillerai aux débutants de s'exercer avec celles ce qui est déjà disponible sur internet. Quand vous appréhender la technique c'est parti. Pour vos besoins de formation solo ou de groupe (en entreprise ou à l'école) sur comment créer des infographies particulières avec le superbe Logiciel Libre INKSCAPE, écrivez-moi un mail ou contactez-moi sur Telegram 😊. Il faut juste savoir les créer pour mieux les intégrer où il faut et pas n'importe où.


    LIBRE DE PARTAGER SUR:

Qu'en pensez-vous ?👇 Réagissez...